, , , ,

Le péché d’un Goliath

Le péché d'un Goliath

Le péché d’un Goliath

« Seigneur pardonnez-moi car j’ai désiré du beurre pour mon pain et du lait pour mon café alors que Jésus même lors de ses Miracles ne les ayant jamais remis à personne »

 

Il faisait froid ce matin là, hier encore, je chassais mon chat faute de ne pouvoir le nourrir entre nombreux rituels dont l’eau à chauffer… que pour y entendre le sifflement de la bouilloire… pour me sortir de ma léthargie… afin de mieux recevoir le prêtre ou l’un de ses assistants ne demandant pas mieux que d’examiner toujours mon frêle et vieux corps à la recherche de plaies… pour tenter d’expliquer mon humiliante relation avec l’Humble pauvreté remise à tout Goliath ayant pour devoir… à son tour… de souffrir… pour laver tout Puissant de sa Tribu de ses péchés…

Mes yeux rivés sur mes ongles noirs, j’urina soudain sous ma jupe de crainte d’être à nouveau frappée et violée… Il cogna alors la porte à trois reprises…

 

– Non, je n’y suis pas…

– Jackole, tu es là?

 

L’homme en soutane brune ouvrant avant de me gifler jusqu’à goûter mon propre sang me rappelant combien saint il avait toujours été…

 

– Pardon mon père, je ne voulais pas vous offenser…

– Fais-moi encore entendre tous vos cris d’excitation que vous remettez au Ciel… Tu ne vas pas me jouer ta scène de martyre lorsque des mains propres te corrigent comme seule une femme qui n’a jamais eu de fils le mérite…

 

L’homme fou sortant enfin son bâton pour détruire tout autour de lui… C’était terminé… partir bientôt il allait avant de cracher… Peu m’importais depuis longtemps le jour de semaine où nous étions rendus… mais je me savais de plus en plus près de 70 ans… et de ma sainte mort…

 

– Pardon mon père, je n’ai jamais voulu vous offenser… Je vois comment notre Christ a souffert pour retrouver sa pureté après avoir marché dans les excréments des chiens et des femmes pendant ses prédications…

 

C’est alors que je m’évanouis pour me réveiller seule et couverte de mouches… Elles étaient partout… quoi que plus lentes que durant l’été qui venait à peine de rendre ses dernières armes…

 

Que le vent était doux… que l’automne sentait bon… Il m’avait même été permis de trouver une fleur près de ma maisonnette… que j’avais tiré légèrement du sol avant de la remettre dans un verre au frigo… poussé par mon instinct poétique…

 

Je mis alors ces bottes trop grandes pour moi et avais décidé d’aller marcher un peu tombant sur un mort de faim… à qui on avait mangé le coeur… me retournant sur mes pas horrifiée… et si la prochaine j’étais… que mon fort intérieur m’expulsa…

 

Étais-je encore sur la bonne voie… celle de la Rédemption… que je distinguais de l’Humble Humiliation… qui rappelle la Torture sous toutes ses formes même du Goliath pontife lorsqu’elle condamne tous les génies de ce monde à le servir dans un socialisme ou un communisme de sorcellerie pour qu’il n’y ait plus qu’une chose qui brille… un Temple d’or au saint Pied d’une échelle qui n’en finit plus de supporter le poids du martyr qui s’exécute à reproduire le Paradis sous une voûte de primitifs castors… jusqu’à ce que des Surhommes détruisent tout… après avoir atteints l’un des plus hauts sommets vertueux… la Constipation inconditionnellement religieuse… qui étouffe avant de te débaucher comme seul un Enfant à moustache et à barbiche d’Église qui sait ouvrir ton gros cul bien rose sait le faire… pour mieux y entrer… en quête peut-être d’innocence perdue… son « Petit Pied »… à jamais… moins qu’Hier et plus que Demain…

 

Bref, la tête me faisait mal…

 

De retour dans mon Trou, j’avais décidé de cirer mon plancher avant de mettre au feu quelques grosses patates et du céleri… près de midi, il était déjà…

Mon univers se résumait à peu de choses: de la laine et des broches à tricoter, les photos des miens sur les murs, des casse-tête et… la visite saisonnière du fossoyeur que j’attendais avec un poème… pour échanger avec lui…

 

Maudite Pauvreté…

 

J’avais bien réussi au niveau scolaire malgré que j’étais fille d’une ivrognesse et d’un proxénète qui m’avait fait découvrir mon corps de femme dès mes 11 ans… avant qu’il ne me présente à mon futur époux… un voisin de même sang et de même destin… qui me remit deux filles… où à son tour la première trouva époux à 11 ans… tandis que la seconde, à ses 13 ans, fut déclarée misogyne, pour son amour de la solitude, avant d’être tuée par l’Autorité de notre Église qui s’octroya en plus le droit de disposer de son cadavre… l’ayant certainement consommé…

 

« Dieu ne peut avoir apprécié sa Création plus qu’avant la Perte… Il ne peut pas avoir aimé le monde plus qu’avant le Déluge… » me rappelait souvent une amie qui n’est plus…

 

Ma mère rendant son dernier souffle dans mes bras alors que j’allaitais… demande spéciale avant de mourir… l’enterrant moi-même derrière chez-nous tandis que mon père partit un matin… avec mon époux… sous ordre de l’Église…

 

Maudite Pauvreté…

 

Que font les pauvres Blancs un samedi soir… les plus beaux dansent et baisent devant tous… alors que les autres fument quelques clopes… en les encourageant… car il faut bien laisser son « Esprit des Fêtes » un jour ou l’autre…

Trois jupes et une guitare… composant ma garde-robe avec 1000 robes toutes trop laides dénichées ici et là à des fins de ventes…

 

Nul n’étant plus Bouc émissaire que le Pauvre…

 

Je gardais espoir…

 

« Seigneur pardonnez-moi car j’ai désiré du beurre pour mon pain et du lait pour mon café alors que Jésus même lors de ses Miracles ne les ayant jamais remis à personne »

 

Me demandant si j’avais autant froid que lui… sur le seuil de ma porte entre ouverte… un bel oiseau soudain se posant…

 

Mon père est plus fort que le tien

 

Dieu le Père, Symbole mathématique de l’Accouchement de l’Univers,

de tous ses mondes microbiens, bactériens, minéraux, végétaux, animaux et d’humanoïdes dépendants des uns et des autres pour leur Survie et ce jusqu’à la Fin des Temps où alors telle ne dépend plus de Lui et de son Jugement sur ce Tout… si immense au côté d’un tora… d’une bible et d’un coran… qui ne peuvent qu’avoir perdu toute leur valeur suite aux besoins irrépressibles des sensationnalistes n’ayant plus de yeux que pour l’enfer sur Terre avec la Sainte Loi au Centre devenue incompréhensible et insignifiante pour les plus puissants en voie de perdre leurs yeux… avant d’errer parmi les vestiges de leurs guerres contre ceux qui rappelaient la Justice divine avec toute l’énergie du désespoir…

 

Père célibataire de huit enfants nées de prostituées, sera-t-il damné aux enfers… ou pire infantilisé par ses pairs tel un homosexuel ou un pédophile…

« Infantilisé par ses pairs tel un proxénète! » rappelèrent les villageois…

 

Père célibataire de huit enfants nées de prostituées, seront-ils plus enclines à l’itinérance… ou pire à devenir vielles filles…

« À devenir femmes superbes! » rappelèrent les citadins…

 

Père célibataire de huit enfants nées de prostituées, marcheront-ils avec le saint contre le Sanhédrin… ou pire seront-ils marqués au fer par la Lettre écarlate…

« Par la générosité des églises! » rappela le curé…

 

Père bisexuel trop bien marié ne sachant plus s’il doit accuser mère ou père pour ses qualités de chômeur et pour l’épouse qui l’a élu pour telles…

« Être chômeur c’est être gentil avec toute dame même aux cheveux blancs dans l’intérêt d’une Madame! » rappela la femme de sa vie…

 

Dieu le Juge, d’une Sensibilité et d’une Conscience Exceptionnelles, Maître Parfait de toutes ses Émotions, ne pouvant qu’avoir envers toute la Création une Patience d’Homme très Aimant apte à comprendre tout défaut, toute faute et tout péché pouvant en découler, sur une scène où s’élèvent à la fois le Sacré et l’Imposture…

Sa Loi de Feu, Voix de l’Homme pour tout Élu;

Sa Loi de Chair, ne touchant que tout Élu afin que soit descendance qui incitera au Devoir de tout Croyant de Le Rappeler dans toute sa Justice et sa Toute-Puissance;

Sa Loi de Fer pour le Bouc Émissaire, qui vit et qui meurt pour remémorer le destin en partie de tout Élu affrontant tout mécréant.

 

Mère célibataire née d’illuminés religieux marchant avec tout Gourou, s’élèveront-ils contre Sodome ou se sacrifieront-ils pour la Russie?

« Mieux vaut pour l’église de l’Orient que pour la synagogue! » chuchota un certain Pierrot…

 

Mère célibataire et latine d’orphelins de Chine; oublieront-ils leur Langue ou… celle-ci?

« Celle-ci et leur Langue dans tout intérêt de l’économie nationale! » chuchota un grand communiste…

 

Mère célibataire croyant avoir trouvé l’homme de sa vie avant qu’il ne fasse de tous ses frères et de lui-même les pères de ce Bouc émissaire de bâtard les condamnant tous à la mort par sa fugue…

« C’est pour mieux te manger! » dit le grand méchant Loup…

 

Mère célibataire croyant avoir trouvé terre d’accueil en Amérique avant qu’elle n’y retrouve exactement les mêmes ennemis dans sa langue et sa race d’origine…

« Une poupée russe sortie tout droit d’un oeuf finit toujours sa vie courue par tout Raspoutine même jusqu’aux oreilles bien mariée! » dit la plus laide de toutes…

 

Dieu l’Époux, Expert incontestable de toute âme humaine, de toute félicité et de toute chute en présence de la Lumière et… des Ténèbres… apaise parfaitement le coeur souffrant qui se rebelle contre Lui… car la faiblesse de la sainte Femme qui ne demande que de Le satisfaire peut parfois refuser de porter ses enfants… qui à leur tour pourront se rebeller contre Ell… dans l’ignorance peut-être des liens maternel et biologique qui les unissent car la chair de la Chair qui souffre de sa propre chair attire démons et roi des enfers qui Hier… même de sa sainte chair… pouvaient être serviteurs du Bien absolu en Présence d’une Loi de Dieu avant que notre Père ne leur envoie Signes aussi puissants et compréhensibles que l’Agneau qui suit de ses saintes entrailles… pour les rappeler à l’Ordre… car leurs oeuvres ayant conduit à la « Sainte Élévation » d’Empires du Mal et aux membres Maudits les dirigeant et ce avant que les règnes ne tombent… sous les pieds nus des enfants abusés pour leur innocence… et des siens…

Dieu Feu et Eau, tout son émanant de l’Espace et de la Terre lors de la Destruction, s’élève inévitablement dans la face du Prophète et du Messie pour les Rappeler à l’Ordre lors du Jugement Dernier car plus rien… pour chacun d’entre nous… ne sera comme avant.

 

Fille Libertine parée de très petits seins et de poils roux sur le menton vit un jour un homme en soutane qui voulait lui raconter une histoire de sales culs…

« Toute sainte fille lorsqu’elle ne termine pas débauchée par l’église le devient force de pomper sa cigarette… ou de boire le chocolat chaud! » chantait ma mère…

 

Fille Libertine qui aimait compter ses sous pour pouvoir s’acheter un livret de saintes prières afin que puissent se réincarner en jolies colombes… tous ses ancêtres proxénètes…

« Hachepsout et Salomé avaient aussi en commun la comptabilité! » chantait ma mère…

 

Fille Libertine qui avait perdu son jupon s’en allant dans les bois sous les coups des vents mendiant aux passants deux dollars pour appeler sa maman…

« C’est parce que pôpa avec tante Alice était occupé! » apparu soudain sur le Mur des Lamentations…

 

Fille Libertine qui sentait le jambon, le vin et le fromage ne désirait que faire la Fête avec les filles de son patelin…

« Lorsque l’écurie est absente il n’y a plus d’espoir! » apparu soudain sur le Mur des Lamentations…

 

Dieu Colère et Dominant Royal, sachant parfaitement comment opprimer et libérer, chasser toute crainte et émerveiller, n’entend jamais à rire avec toute imposture à l’endroit de ses Prophètes, Prophétesses et du Messie car lors de toute Destruction divine doit naître l’Apocalypse et donc la Révélation d’une Fin et d’un Commencement pour les oppresseurs et les opprimés en présence du Miracle qui à la suite de Trois Legs conduit à leur destruction après maintes corrections par Trois Prophètes ou Prophétesses précédant un ou une Messie agissant de même avant de voir cette fois l’élu à la fois de Dieu et du diable au sommet d’un enfer sur terre chuter pour mieux souffrir avant de joindre le paradis et dans le cas contraire… chuter pour mieux remplacer le diable… satan ou lucifer… dans une jalousie incommensurable jusqu’au jour de sa mort pour mieux laisser son trône au prochain Maudit.

 

Loué soit celui ou celle qui reçoit la Connaissance avant les pouvoirs de l’Empire car dans le cas contraire cela s’appelle le combat du « Pharaon » contre le « saint »…

 

 

De toute l’équipe de jamaisdeuxsanstoi.ca