, , , , ,

Échanges versatiles

Échanges versatiles

Échanges versatiles

Rencontres entre experts en l’Existence

 

– (1ère personne) Je n’aurais jamais cru expérimenter le sexe comme une fille sans tête ni corps… avec des hommes sans tête ni pieds… au centre d’une tragique Histoire celle de l’Amour polygame et homosexuel dans un décor de grande Ville pour célébrités et millionnaires m’amenant à rêver à l’enfer… mais aussi au coup de fouet adoré… me faisant pousser une bite énorme à l’intérieur de la main… et une autre me sortant par la bouche…

 

– (2e personne) Je n’aurais jamais cru expérimenter une femme à prime abord de belle apparence, drôle, mais aussi de trois fois mon âge, qui me demanderait en mariage après une première fellation… et encore devant un film de cul « hard core »… et encore en m’urinant dessus… et encore en me crachant au visage… et encore en rampant comme une Chienne après l’avoir bien frappée… et encore en me suppliant alors que je m’apprêtais à la tuer…

 

– (3e personne) Je n’aurais jamais cru expérimenter la grossesse multiple comme lorsque l’on remet une liste d’épicerie… Non seulement, je pouvais choisir le donneur de sperme mais aussi le nombre de rejetons qu’il pouvait à son insu me remettre par l’entremise d’une prise d’hormones à cet effet… Tu accouches finalement d’enfants de rêve et d’empire… où en tant que femme tu ne peux jamais te sentir plus puissante…

 

– (4e personne) Je n’aurais jamais cru devenir la seule fille d’un dieu du Rock… aimé par tous sauf les saints voyant dans son jeu de pieds quelque chose rappelant ce satan… comme de même dans sa musique et son public… alors qu’il avait toujours désiré une vie normale… On a voulu pour lui qu’il marche sur la Lune… il l’a fait… mais cela n’a jamais été son idée… Peut-on dire dans tous les sens du terme qu’il fut baisé… Ruiné comme un chien on l’a retrouvé… Drogué comme une pute il est mort…

 

Je.. n’ai… jamais… compris…

 

– (5e personne) Je n’aurais jamais cru devenir le White Black ou le Black White… Appelons ça comme on veut… Hier, tu te souviens, tu étais noir… et Noir… mais on te répète tellement que tu étais blanc et Blanc… que tu finis par ne plus savoir comment te torcher le cul…

J’étais un Black… au plus loin de ma mémoire… mais dans l’oeil de plusieurs j’étais un White… et puis tout a basculé… Je ne sais plus qui et pourquoi j’ai épousé… qui et pourquoi j’ai engrossé… qui et pourquoi j’ai marié… qui et pourquoi j’ai tué… C’est ce que l’on appelle être White, non?

 

– (6e personne) Après avoir sucé et m’être fait enculer par tout ce que j’avais eu envie… j’ai décidé de devenir pilote de l’air… m’amusant à me masturber avec mes collègues masculins en vol au-dessus de ce monde de fous… Nous étions en 1970… J’ai vu toutes les putes… toutes les couleurs de « chatte »… entendu tous leurs « miaulements »… senti tous leurs parfums… avant même mes 30 ans… mais après qu’est-ce qu’on fait? Je n’allais quand même pas me marier et la voir se défigurer à force de me remettre des clones de son portrait ou du mien… alors je suis revenu à mes premiers amours… la Bite d’un homme qui en désire un autre comme un vrai malade dangereux… fait qu’un jour je l’ai mis sur le pilote automatique et je me suis levé pour la mettre dans la face de mon copilote… qui n’arrêtait pas de me dire « père, je ne vois plus… »… « Suce comme le téton de ta mère » que je lui ai répondu…

Un homme doit connaître la bite… C’est ainsi que tu sais si tu es à la hauteur de la guerre ou non… à la hauteur du mariage ou non… d’être Allemand ou non… d’être à la tête d’un empire romain ou grec… d’être encore là à la Fin des Temps… Caen était homosexuel… Seth en Égypte l’était encore… et Israël l’était encore plus… Vive la bite de l’homme qui aime son Prochain… comme aussi son Prochain est né pour lui…

 

Un homme te dit: « je suis né pour toi »… on veut bien mais assume tes paroles… et puis est venu le jour fatidique… on m’annonça le SIDA… J’avais plus de 1000 baises à mon actifs avec du monde bein propre… C’est là que je me suis fait mon premier « shoot » d’héroïne… ignorant complètement que l’aiguille allait se faire aussi 1000 baises…

J’ai tout dit… tout fait pour trouver le sommeil et la Sainte Paix… Mon cul n’arrêtant plus de chier… ma bouche de baver… la sueur me sortant de tous les trous… 20 livres en un mois je perdis… 40 lors du second…

Au départ, le docteur te raconte que tout ça n’est peut-être lié qu’à des pratiques homosexuelles avec des hommes noirs… C’était aussi mon cas… avec le temps, tu comprends…

Un verdict qui tombe… tombe… En peu de temps des millions d’homosexuels mourraient sur la planète… mais très peu de lesbiennes… Allez savoir pourquoi…

Tu te retrouves couché sur ton lit de Mort et tu penses… Si j’aurais pu… aurais-je fait les choses autrement…

 

Merde, j’ai grandi au sein d’un peuple d’homosexuels…

 

– (7e personne) Un homme ne raconte pas sa vie… J’ai eu une mère comme toutes les mères… Elle avait tous les défauts… toutes les qualités… et j’ai eu un père comme tous les pères… Il était des jours génial et d’autres diabolique… J’ai eu mon premier baiser d’une fille que je ne connaissais même pas contre une friandise… et ma première pipe d’un garçon contre une cigarette… Ma première expérience sexuelle, ce que l’on appelle le dépucelage fut avec une vieille qui puait l’alcool… j’ai toujours pensé à elle en ouvrant une bouteille… Après je me suis marié avec la pire des garces qui se révélait ange quand je la cognais un peu… Un homme ne raconte pas sa vie… J’ai tué mon premier mec à 21 ans… Il m’a rentré dedans avec sa voiture avant de prendre la fuite… Ne te sauve pas dans ma face… J’étais connu de tous à 22 ans… Élu pour… pour quoi encore… pour unir les hommes et les femmes… Je n’étais pas curé mais non loin… Il y avait les cons d’un côté et les connes de l’autre… Le monde entier ne voulant pas d’eux… C’est moi qui les unissait en leur foutant chacun une bonne gifle pour leur rappeler combien leur Territoire les aimait… À part ça, je me suis branlé toute ma vie…

 

– (8e personne) J’ai toujours aimé faire chier les prostituées et les itinérants… les junkies et les filles mères… prêts aux pires bassesses pour réaliser leur « américain dream »… Tu as le Russe qui a créé le Communisme pour diriger l’Europe, tous les trafics de femmes, d’enfants et de drogue et qui s’est buté comme personne en s’essayant en Amérique… Aucune différence entre tout ce beau monde… Tu vis pour gagner la plus grande fortune… Passe par moi… Les États-Unis ont marché sur la Lune… donne… ils sont entré à Cuba… donne… ils sont entrés au Vietnam… donne… ils sont entrés en Somali… donne-moi ma pipe… Israël ne serait pas sans les États-Unis… donne… Tu n’as aucun pétrole à vendre… On te le prend… Tu ne nous enculeras pas comme tu as déjà fait… donne… T’as vu ta mère… T’as vu la mienne… donne… T’as vu le trou du cul de ta salope… T’as vu le trou du cul de la mienne… donne… T’as vu à quoi ressemble tes films… T’as vu à quoi ressemble les miens… donne…

 

Comment dire… Le monde me fait bander…

 

– (9e personne) J’ai eu une vie de rêve… l’homme le plus fort pour beau-père et une voyante pour épouse… la forêt partout… les lacs à la truites partout… Tu partais le matin après avoir fait l’amour juste de l’autre côté de la rue pour t’y perdre… croisant un renard… une chouette… une louve qui venait d’avoir ses petits… Tous les voisins se connaissaient… Ils n’avaient pas le choix tous de même famille que mon beau-père… Elle m’a donné que des filles… je voulais un fils… et puis le temps passant je me suis construit quelques chalets… je me suis acheté quelques roulottes… J’ai passé ma vie à penser à la forêt… et puis le temps passant, on trouva un jour un cadavre enterré en plein centre d’une rue avec seulement la main qui sortait… comme pour faire une mauvaise plaisanterie aux gens du village… avant que la plupart ne tombe dans l’illumination religieuse… Il n’en restait que quatre à convertir… Mon beau-père, ma belle-mère, mon épouse et moi… Malgré toutes mes chutes et mes ascensions, mes libertés et mes incarcérations, je sais que je n’aurais pu apprécier autant l’Essentiel si je n’aurais jamais connu la vie de l’homme rudimentaire… C’est la même mouche qui le piquait… c’est la même fièvre qui le touchait… une pluie sur la tête d’un jeune peut parfois faire des Miracles… Je ne rejette pas la ville… c’est là où l’on trouve les meilleurs hôpitaux…

 

Mais à part ça, as-tu vraiment besoin de savoir combien pèse toute chose?

 

– (9e personne) Tu commences ta vie avec une femme ne connaissant pas un mot de ta langue… L’Irlandaise née pour ce Québécois… entre elles, de vraies pies… J’en ai coupé du bois… j’en ai marché des kilomètres… j’en ai fait des prières… Est-ce que j’ai tué des hommes… ça, que Dieu connait ces choses… Que veut un travailleur? Suffisamment d’argent et de sécurité pour ne pas paraître animal devant sa famille… Je n’ai jamais demandé un royaume… On nous dit multipliez vous… On veut bien mais où, dans la misère? Je regrette mais je n’ai pas à descendre aux enfers pour les Français… avant de rejoindre le Père… Bref, un jour je me suis retrouvé veuf… Destin de la plupart des hommes dans mon environnement… Je n’avais pas envie d’une autre femme mais tu as le curé qui te menace de te les enlever si tu ne te remaries pas… alors je me suis remarié… pour un total de quatre mariages… la dernière voulait terminer sa vie comme une nonne alors que j’en connaissais plus qu’elle… Approche-toi mon enfant…

 

Et puis on vieillit… les enfants s’en vont… et ça se multiplie dans une vie meilleure que l’on a connue…

 

Mais attention que je leur disais… La pauvreté donne peut-être mal aux reins à tous les saints mais elle peut aussi faire de toi un jour un grand chef amérindien…

 

– (10e personne) Tu croises un Noir avec une Blanche et tu as le mulâtre… Que c’est beau la Vie… Tu croises ainsi plantes et spécialités culinaires de deux cultures et tu obtiens à nouveau de nouvelles créations… Que c’est beau la Vie… Puis un jour, l’homme mange le Mulâtre… le Mulâtre ce Blanc… ta création végétale en tuant des milliers… les survivants la modifiant à nouveau…

 

Que c’est beau la Vie…

 

– (11e personne) On veut tous à 60 ans terminer sa vie avec une jeune femme de 20 ans… Regarder ses accomplissements avec grande fierté espérant peut-être que nul n’accomplira aussi puissamment… Bref, j’étais l’un de ceux-là… Je voulais être fou jusqu’à 30 ans… je le suis demeuré toute ma vie… Tu te retrouves devant ton miroir un jour et tu te dis: « Merde, j’aurais été mieux être une femme »… J’avais alors deux copains qui s’étaient suicidés… après s’être mariés et fait des gosses à leur épouse… Rien mais absolument rien ne paraissait… Alors, j’ai fait le grand pas… Une lune de miel de rêve mais avec la mauvaise personne… Vous voyez le genre… Tout était au rendez-vous même ma bite… mais un jour tu te réveilles et tu penses à Dieu… Tu sens presque l’apparition s’approcher… Il est là ton plus grand défaut… tu Le cherches quand tout va mal… Je n’étais pas fait pour ça… J’étais toujours libre, je pouvais même la tromper mais quelque chose me disait que j’allais mourir… perdre la tête… souffrir de l’Alzheimer… Vous voyez le genre… Alors un soir on a fait l’amour… et puis elle m’a dit: « J’aimerais que nous ayons chacun nos appartements »… Une laisse plus longue au plus beau collier à mon cou! J’étais là, à un poil de la quitter à jamais… J’ai dit: « allons voir »… et c’est là qu’elle me fit voir le paradis… Vue sur plage où toutes les jeunes filles se donnaient rendez-vous et elle à l’autre bout de la terre… Ton rêve sur un plateau d’or et d’argent… La tranquillité financière jusqu’à la fin de tes foutus jours… alors j’ai dit à nouveau: « Je le veux pour le meilleur et le pire » et je suis tombé en dépression… C’était mon rêve pourtant… mais quelque chose clochait… l’Heure… l’âge… les témoins de mes folies… ce cadre… et tout ce qu’elle m’avait mis en tête… Dieu ayant été Invité d’Honneur à notre mariage… alors que le diable l’était à l’extérieur de l’Église… pour ne pas dire dans la cheminée… avec cette autre vie contraire… ces autres plaisirs… ces autres rêves… ces autres chutes… ces autres royaumes…

 

Bref, elle m’a tué le jour de mon mariage…

 

– (12e personne) On veut tous à 60 ans terminer sa vie entouré de jeunes putains de 20 ans… Regarder ses accomplissements avec grande fierté espérant peut-être que nul n’accomplira aussi puissamment… Aucune « chatte » ne sent, ne goutte et n’a le même effet… C’est moi qui vous le dit… Je les ai toutes senties, toutes gouttées et toutes essayées… Je fus partie des hommes qui fit la connaissance avec la pute alors que tout allait de travers dans ma vie… je n’ai même pas dit dans mon mariage… et j’ai aimé… la même « Fellation » ou pas que l’épouse… j’ai aimé… comme passer du Printemps à l’Été… de l’Automne à l’Hiver… j’ai aimé… ignorant que tout cela rappelait un enfer sur terre… J’ai entendu les pires vacheries entre femmes… J’ai vu les pires coups bas… Qui paie… L’Élue… mais toutes les femmes sont dans l’Élue y compris la Madone et la Putain…

Une chose est sûre, l’homme qui ouvre le harem ne peut avoir l’Élue sous risque de la trouver défigurée… de n’avoir aucun fils de celle-ci atteignant l’âge d’être un homme… sinon de se faire égorger dans son sommeil…

« Sois équitable avec toute femme » dit le coran… À part ça, j’ai donné suffisamment dans la monogamie que je peux comparer à boire toujours à la même source…

La polygamie m’apportant la Paix… distinctive…

 

Celle de ce corps « bien nourri » de l’extérieur…

 

 

– (13e personne) Je n’ai jamais su ce que je voulais faire de ma vie… J’étais homme… Je n’allais pas espérer un job de femme… alors je me suis fait hermaphrodite… et ça m’a plu… car l’homme est plus violent quand il écrit au côté de la lesbienne… de la vielle fille… de la victime de viol même… rien n’équivaut la langue de l’homme dans un livre… J’avais l’Opinion sur tout… même sur ce que je ne connaissais pas… J’avais 20 ans… beau comme le diable… mon premier ouvrage portant sur la Femme… cette pauvre créature démunie à jamais de tout ce que l’on veut lui permettant d’aller aussi loin que lui… mon Dieu que j’ai rit d’elle en couchant sur papier les pires abominations… et puis un jour j’ai rencontré… King Kong… Elle m’a saigné de tous les côté… m’a fait perdre toutes mes dents… Merde… J’ai perdu la vue pendant près d’une semaine… terminant son massacre par: « Ne me marche plus jamais sur les pieds »…

 

– (14e personne) Mon gland est une langue, moche-le… comme un téton, suce-le… Caresse mes couilles comme des boules de Noël… comme des clochettes de Pâques… Abuse-moi comme un maniaque de pédophile… comme un père incestueux… et ne pense qu’au Péché…

 

– (15e personne) J’ai donné ma vie à Dieu… après l’avoir cherché dans les hommes… qui ne voyaient que les défauts des femmes surtout qui cherchaient Dieu en eux… Je me suis masturbée la première fois à 40 ans… J’en ai fait un devoir… Ensuite, j’ai demandé à des curés si je pouvais leur procurer une fellation… On a tous entendu parler d’une femme enceinte d’un curé du village… Celle-ci n’allait pas être moi… L’homme me proposant enfin la sodomie… avant la défloration… Disons que je le connais peut-être pas autant qu’une épouse mais concluons que les hommes ne sont pas un cadeau… Je me suis sentie trompée, salie, manipulée et ridiculisée comme jamais par « l’homme de Dieu »… Quand même, il faut avoir des nerfs pour tenir le coup… J’ai eu ma première peine d’amour avec un tel homme à 42 ans… J’aurais tout quitté pour lui… il me le faisait aussi croire pour moi… Je nous imaginais quelque part avec une ferme et des enfants adoptés… Il avait 60 ans… Sa parole était musique à mes oreilles… Son toucher était miracle… Imaginez-vous combien j’étais emportée par de tels nobles sentiments… et puis il s’est passé ce qui s’est passé… je me retrouva cocue par une autre nonne… Faut-il être écoeurante en tant que nonne pour en tromper une autre avec l’homme qu’elle aime…

 

Petite sphère va

D’un coup de dés

Elle s’est mise à prier

Souhaitant la mort

À toutes les « Dames des ports »

Et qu’à ses Fruits

La Vie…

D’un coup de dés

Elle a mangé

L’automne et le printemps

La vague et le vent

Pour mieux s’abreuver

Dans la face des chameaux…

 

Tombe masque

Dans ta face

J’ai vu la mienne

Dans ta bouche

Un oeil…

Dans ta main

J’ai vu demain

Dans l’autre

Hier…

Dans ton souffle

J’ai vu la fin

Dans la fin

Le mien…

L’homme seul

Dans l’eau chaude va le pain

De l’homme seul

Dans le lait va les doigts

De l’homme seul

Sur front de bête va le baiser

De l’homme seul

Pour l’arc-en-ciel va la prière

De l’homme seul…

 

Pour retrouver la raison

Pour retrouver la raison

Il s’est fait végétarien

Elle s’est faite athée

Il a vu la prostituée

Elle s’est pincée

Il a pris l’Opium

Elle a fumé le cigare

Il s’est roulé nu dans neige

Elle a demandé le tatouage

Il a payé à manger au mendiant

Elle a sauvé le chat…

Et enfin

Ils se sont divorcés…

Scarabée

Amusante je t’ai trouvée

Sainte ne peux que tu être

Résistante tu as été

Sous mon pied

Avant de me remettre la Peste…

 

Fin d’année ou Fin des Temps

Nul s’attendant au mort-né mais certaines finissant par l’accoucher…

Nulle s’attendant au Divorce mais certains finissant par l’imposer…

 

Loth naissant pour Sodome et Gomorrhe… mais Agar pour l’Arabie saoudite autrefois Ararat avant Territoire du juge Bakr… remettant lignées d’Ismaélites… de Moabites et d’Ammonites… que l’on dit combattus par les 12 tribus d’Israël qui dévièrent toutes à l’exception de celle de Lévi de qui naquirent ce Moïse et ce Jésus pour ces rebelles qui encore ouvrèrent la Guerre sainte au Nom d’un territoire dont ils ne désiraient point être souillés par les Pieds et les Mots de ces derniers…

 

Rapidement passent les heures…

 

« Le Juif est l’allié de l’Idiot » dit un jour un grand penseur…

 

Nul ne s’attendant à perdre son emploi…

 

Nulle s’attendant à se prostituer…

 

Le Vatican naissant pour l’Europe… au côté de cette kaaba pour l’Asie…

 

L’Europe naissant pour cette Amérique… cette Océanie et même un peu pour cette Afrique… non loin de ce bon vieux diable…

 

Rapidement passent les heures…

 

« L’idiot est l’allié de Personne » dit un jour un grand penseur…

 

De toute l’équipe de jamaisdeuxsanstoi.ca