, , , ,

Appelez-moi Lise/ Le Pouvoir connais pas

Appelez-moi Lise/ Le Pouvoir connais pas

Appelez-moi Lise/ Le Pouvoir connais pas

 

« Elle fut mon étoile de Bethléem… Je l’ai suivie et j’ai trouvé René Lévesque… »

 

Tant de cieux bleus ont défilés devant les yeux de la Grande Dame du Québec… qui désirait le meilleur à la fois pour les femmes et tout Québécois… croyant certes à l’égalité des Droits, des Devoirs et des Chances mais aussi pour toute forme d’Élection…

 

« Elle avait tout pour faire son Chemin, permettre que la Mer s’ouvre pour laisser passer les prisonnières délivrées de leur oppression pour mieux se réfugier et expier leurs péchés dans un désert…

Nulle ne s’imaginant terminer sa mission seule avec Dieu… »

 

Madame Lise Payette réalisa très tôt l’importance du sacrifice pour ses convictions, que l’on soit femme, Québécois ou autre… et donc du combat tantôt poli tantôt vicieux… rappelant le bouc ou le cobra de peu importe quel Prophète face à peu importe quel pharaon… pouvant conduire au véritable et extraordinaire Miracle…

 

Le Droit de vote pour les femmes…

 

Qualifié par les uns de Mère de tous les enfants du Québec et par les autres de Protectrice pour les grands accidentés de la route… la Ministre su faire valoir les intérêts d’une Nation qui se devait prioriser les études complétées de base à la construction de la famille… et le contrôle des naissances à toute forme de concours de cuisine ou de beauté pour femmes bien domestiquées… refusant qu’un peuple démocratique soit composé majoritairement d’antiféministes… ce qui la conduira finalement à se retirer de la politique… s’abstenant de détruire le Veau d’or…

 

« A-t-elle aimé le Québec plus qu’il ne l’a aimée? A-t-elle aimé la femme et l’homme du Québec plus qu’ils ne l’ont aimée? A-t-elle aimé la Politique plus qu’elle ne l’a aimée? Maintenant on sait, la relation amour-haine entre Grands et Petits au Québec peut donner naissance à Lise, à Yvette et aux Yvon…

Elle eut le plus beau rôle… »

 

Lise Payette, forte et engagée, politicienne et auteure, n’ayant aucun ennemi dans la gent masculine, ne regrettera que sa comparaison des femmes au foyer du Québec à la Petite Yvette des livres scolaires pour les inciter à voter sous la douche ou devant leur dinde au four ne voyant pas trop pour quelles raisons elles pourraient s’intéresser à faire entendre leur Cri de Cigogne lors d’enjeux si importants rappelant la Séparation du Québec avec les autres provinces nationales…

 

Il va sans dire que le sacrifice fut bien grand… rappelant en parallèle plus ou moins ou non ce Jacob revendiquant le droit d’aînesse à cet Ésaü alors que le premier avait toujours été là pour le « père Lévesque » à son image… et le second pour sa tendre et chère « môman »…

 

Bref, 14 ans plus tard, certains croyant que toute « bête tachetée » appartenait au saint des saints…

 

Allez savoir quelle lignée accouchera de Jésus…

 

« Lise dirigeait le foule comme un pape peut le faire… par son charisme et son enthousiasme… Qui ne connaissait pas Lise? »

 

La politicienne s’intéressera ensuite à toute forme d’influence explosive pouvant venir de tout homme privilégiant la femme au foyer pour lui laver les « Sabots » pendant qu’il déguste son steak… à la margarine… arrosé de Coca cola…

 

Le fait était incontestable…

 

Une nation de femmes au foyer ne pouvant que donner naissance à des crimes sexuels non dénoncés… à des immolations de soi-disant sorcières… à plus de prostituées et de proxénètes… à des enlèvements d’enfants pour le trafic humain… et à une baisse du multiculturalisme… comme autrefois en était le « saint » lot de nos ancêtres… alors que dans le cas contraire… sauf chez les Sépulcres blanchis… tout chapeau de Putain pouvait aller très bien à la Madone et vice versa… que le patron ait eu les mains baladeuses avec les secrétaires… que le directeur d’une boîte pour artistes ait témoigné de zèle pour vérifier la santé physique de ses employés… ou autre… ne pouvant que réduire les ragots dommageables pour une descendance… forte… engagée… et instruite… avant tout sur le Féminisme…

 

« Qui veut participer au concours du plus bel homme dirigé par une des plus féministes des femmes dans l’Histoire du Québec?

Les plus beaux hommes… »

 

Madame Lise Payette due donc affronter nombreux préjugés à ces égards… ne voyant pas comment une femme toute simple pouvait plaire plus à Dieu derrière un rideau… sinon illettrée… ou encore inexpérimentée avec le dollar issu du salaire avec pour collègue ou adversaire l’homme à sa gauche ou à sa droite… et avoir autant de Droits finalement tel que celui du vote… et ce face à sa chère « Soeur Aînée »… apte à survivre même sans « Terre d’Israël »…

 

Auteure de plusieurs histoires, on y retrouvera la « chèvre de Monsieur Séguin »…

 

L’homme n’ayant ni le Droit ni le Devoir à plus de péchés qu’Elles… comme il devait en être de même pour les pardons… à moins qu’il se plaise à… servir un enfer spécialement conçus pour saints débiles…

 

Les Yvette sont tout autant nombreuses Aujourd’hui… et toutes aussi aliénées qu’Hier et parfois même avec un diplôme professionnel en poche… car l’Hypocrite demeure avant tout celui qui a persuadé celles-ci… kippa ou non sur sa grosse tête d’aiguille… qu’il est toujours à l’Image de Dieu et… qu’elles doivent pour leur part l’être soit à celle de toute femme abandonnée par l’apôtre que l’on veut et en voie finalement d’être décapité… ou soit de celles rejoignant Mohamed pour s’être méritées la répudiation pour la cause à nouveau que l’on veut… non loin d’une Séphora marchant vers son homme pour lui rappeler la beauté de l’Égypte et à jamais de l’Afrique… entourés de « Petits Yvon » fraîchement sortis de l’une des Sept Merveilles du monde de l’Époque… cette Prison…

 

« Toutes les guerrières se cachent pour mourir… pansant leurs blessures du mieux qu’elles le peuvent… espérant survivre… encore une fois…

Elle a connu l’évasion, l’amour et la famille, se laissant tantôt briser le coeur par des femmes-enfants… tantôt brisant le leur…

Peu d’enfants acceptent le départ d’une Mère… et ce encore plus pour le Savoir… »

 

Madame Lise a donc heureusement eu bien des alliés et d’honorables amis dans la gent masculine de la Belle Province du Québec pour lui faire oublier toutes ces gueules d’eau sale…

 

Voici quelques commentaires recueillis pour saluer son passage parmi toutes et tous:

 

« Ce fut l’une des femmes les plus importantes non seulement du Québec mais aussi du Canada vue l’immensité de toute son oeuvre politique et artistique; symbole vivant de la persévérance et de la Lutte Avec et Contre Yvette rappelant cet Israël avec Dieu. »

 

« Lise était pour le divorce sous toute ses formes… pour préserver l’identité des genres… craignant que le Québec-Épouse ne s’efface… comme il en était de même pour toutes celles à son image…

Qu’auraient pensé Master et Johnson de la Chose?

Un vibrateur n’est pas fait pour se débloquer le Cul mais le Cerveau…

Les Yvette l’ignoraient… »

 

«  Quand elle te parlait, on ne voyait que ses seins et quand elle se retournait, que sa tête… Il y a des jours où je ne savais plus s’il aurait été mieux pour moi de me changer en statue de sel ou pour elle… »

 

« Elle m’a porté une fois sur ses épaules… Ce n’était que pour rire… C’est là que j’ai su que je n’étais pas à ma place… J’ai cru que le sang allait me pisser par les dents…

Mon Dieu, heureusement qu’elle n’avait pas de talons hauts… »

 

« Le saint comprend la prostituée… La prostituée comprend le saint… Tous les autres ne se comprennent pas… Lise n’était pas une prostituée mais disons plus ou moins une sainte à l’image de Jeanne D’Arc… Elle connut le même bûcher… »

 

« Une colombe est partie en voyage… avec son flambeau… que se le disent bien toutes les Yvette et les Yvon… »

 

 

Nos plus sincères sympathies à la famille et aux amis

 

 

 

De toute l’équipe de jamaisdeuxsanstoi.ca